Les voitures mal aimées en occasion : des affaires à ne pas rater

Parfois trop audacieuses, parfois trop onéreuses, certaines voitures peinent à atteindre le succès escompté par leurs constructeurs. Le marché de l’occasion offre une opportunité de seconde vie à ces véhicules mal-aimés. En même temps, il vous offre une chance également.

Voitures mal aimées : pour quelle raison ?

Les échecs commerciaux, les ratés publicitaires et autres déboires résultent souvent de détails insignifiants. Des facteurs ont le pouvoir de métamorphoser rapidement une nouvelle voiture en paria comme une :

A voir aussi : Découvrez les avantages uniques de l'achat chez un concessionnaire Renault certifié

  • Volonté de se démarquer démesurée
  • Campagne publicitaire maladroite
  • Déconnexion entre le véhicule et l’image de son fabricant
  • Tarification surestimée, ou
  • Simplement du hasard défavorable

Ces voitures sont délaissées non seulement sur le marché du neuf, mais aussi en occasion. Certaines parviennent à devenir des « collectors » bien après leur lancement. En revanche, d’autres continuent de traîner leur mauvaise réputation même après que leurs constructeurs aient jeté l’éponge. Même en tant qu’occasions, ces voitures restent souvent boudées, cette fois-ci à des prix défiant toute concurrence. Consultez le lien du site pour en savoir plus sur ces voitures mal aimées.

La Fiat Stilo (2001-2007) : une introduction inopportune

Les débuts de la Fiat Stilo, que son fabricant vantait fièrement comme la « Golf à l’italienne », ont été marqués par la malchance. Elle a été lancée dans un moment inopportun le 11 septembre 2001. Prévu pour être présenté en grande pompe au salon de Francfort, le nouveau modèle compact de Fiat a été éclipsé. Les attentats tragiques contre les Twin Towers de New York ont eu lieu ce même jour.

A découvrir également : Pourquoi faut-il se tourner vers les véhicules électriques ?

La Ford Scorpio II (1994-1998) et son surnom amusant de la « baleine »

Une voiture dotée de formes « arrondies ». La toute première Ford Scorpio, introduite en 1985, avait pour objectif de succéder à la Granada dans la catégorie des grandes berlines. Elle connaîtra un succès respectable jusqu’à l’arrivée de son successeur en 1994. La première Scorpio se démarquait par des lignes plutôt modernes. 

En revanche, la seconde surprend par son design à l’américaine. Elle se caractérise par des lignes qui peuvent être qualifiées de manière plaisante de « molles ». Avec ses phares proéminents et ses dimensions imposantes de berline, la Scorpio acquiert rapidement le surnom de « baleine ».

L’aluminium, le coupable de la chute de l’Audi A2 (2000-2005)

Audi, enviant le succès de la Mercedes Classe A, a décidé de relever le défi en lançant sa propre petite voiture haut de gamme, l’Audi A2. Malgré le lancement chaotique de la Mercedes en 1998, celle-ci a connu un triomphe indéniable dans le segment des petites voitures premium. Audi semble avoir été inspiré par ce succès et a cherché à rivaliser en proposant une voiture tout aussi novatrice, luxueusement présentée et aussi onéreuse que sa concurrente étoilée.

Peugeot 1007 (2005) : la controverse autour de ses portes

Une voiture au design audacieux. Inspiré par le triomphe de la Mini, Peugeot opte en 2005 pour le lancement d’une petite citadine élégante et haut de gamme. Baptisée 1007, les deux zéros remplaçant le zéro unique traditionnel de Peugeot (un schéma repris pour les modèles 4007 et 3008) sont destinés à accentuer son caractère original.